Eng Rus Fra Ger  

KarenLa FamilleLes ProfesseursRepertoirInverventionsLa PresseMusique
Karen Chakhgaldian   Rambler's Top100


Pendant la leçon chez le professeur V.V. Tretiakov


Avec Glezarova M.S.


Avec E.I.Yankelevitch


Avec Vladimir Spivakov


Avec Iehudi Menuhin


Avec E.Tchougaeva


A. Sloutski,
conducteur de l'orchestre
symphonique

«J’ai de la chance avec mes professeurs, et en général, aux gens qui étaient près de moi pendant toute ma vie -dit Karen- Bien sûr, il ont fait beaucoup pour que je fasse un tel progrès professionnel. Il faut ajouter, que les rencontres avec les célèbres musiciens de notre époque ont exercé une grande influence morale et émotionnelle. Je suis reconnaissant à mes professeurs.»

Marie Yakovlevna Rosenberg était à Briansk la première pédagogue de Chakhgaldian. A l’âge de 7 ans, Karen est entré au TsSSMCh du Conservatoire de Moscou et a commencé régulièrement jouer au violon dans de célèbres salles du Conservatoire. M. A. Ostaptcenko, L. E. Tchistiakov, G. Y. Feigine, I. I. Iordanova étaient ici ses maîtres.

A 1993, Karen poursuit sa formation dans l’école-studio «Les jeunes talents» que sa mère venait d’organiser avec les maitres Alexei Koshvants et Igor Rudnev.

Après avoir terminé l’école «Les jeunes talents» dans la classe de A.V. Revitch, Karen passe brillament les examens d’entrée dans le Conservatoire d’Etat de Moscou où il entre dans la classe du professeur Viktor Tretiakov. Karen parle de ces cinq années d’études chez Tretiakov avec une cordialité particulière.

Je tachais d'entrer au conservatoire et j'y ai reussit, mais d'entrer dans la classe de Viktor Tretiakov, s'etait ma fortune. On peut seulement réver au maitre comme lui. - dit Karen. Cinque ans je faisais mes etudes sous la direction du meilleur professeur.

Viktor Tretiakov ne pas seulement enseigne mais fait aussi des concerts. Cela permets de garder la liaison vivante avec la profession.

Un des plus marquants représentants de l’école moscovite de violon, Viktor Tretiakov réuni avec succès l’enseignement avec l’activité en tant qu’exécuteur. Reconnaissant à son propre maître, Y.I. Yankelevitch, dans la classe duquel il a passé 20 ans, en 1990 il a devenu initiateur et, plus tard, directeur de la fondation de bienfaisance de Y.I. Yankelevitch.

La fondation porte une aide materielle à de jeunes violonistes qui font leurs études chez des professeurs et enseigneurs qui avaient terminé la classe de Y.I. Yankelevitch, chez des continuateurs de son école. La contribution que Y.I. Yankelevitch avait apportée au développement de l’école russe de violon est difficile à évaluer, il avait éduqué toute une pléiade de musiciens célèbres qui ont devenu l’objet de la fierté nationale et dont la gloire a atteint l’envergure mondiale : Spivakov, Kogan, Tretiakov, Glezarova, Jisline. Elena Issaievna Yankelevitch, la sœur de Y.I. Yankelevitch, reste l’âme de la fondation du moment de son apparition. Elena Issaievna vivement participe dans les affaires de la fondation et dans le destin de jeunes exécuteurs. Karen Chakhgaldian est reconnaissant à Elena Issaievna pour une contribution particulière dans son propre destin: le violon de Youri Issaievitch, qui gardait le silence pendant plusieurs années après sa mort, a joué de nouveau dans les mains de Karen. Karen traite le vieux instrument italien avec une extrème déférence: «Ce violon oblige de jouer non seulement bien, mais au bout des capacités!»

Le professeur Maïa Samouilovna Glezarova, qui avait travaillé avec Y.I. Yankelevitch pendant plusieurs années, est un autre représentant de cette fameuse école. Karen Chakhgaldian a fait partie de la classe du profésseur Glezarova en 2000, après avoir été devenu aspirant du Conservatoire de Moscou.

La rencontre de Karen Chakhgaldian avec Vladimir Spivakov, la personnalité la plus marquante de l’école de Y.I. Yankelevitch, a changé son destin. Un soir, étant revenu de la tournée à travers Sibérie, Karen apprend avec surprise que le lendemain le maître donne une classe spéciale au Conservatoire et que lui, Karen, doit y jouer. Aprés son exécution, Vladimir Spivakov a proposé au jeune exécuteur de «jouer un peu avec l’orchestre». «Je ne pouvais pas y croire: moi, étudiant de la troisième année, je reçois la proposition de jouer avec «Les virtuoses de Moscou»! – raconte Karen aujourd’hui. – Je n’avait qu’une seule pensée : que je dois faire mon mieux pour jouer au niveau du fameux collectif».

Cette rencontre a marqué le début d’une collaboration sérieuse et de longue durée. Pendant quelques années Karen faisait partie des «Virtuoses de Moscou», était en tournées avec eux ; même aujourd’hui il participe dans leurs concerts. Chakhgaldian apprécie beaucoup l’influence professionnelle et personnelle de Vladimir Spivakov. Eh dehors de l’éducation proprement dite, Vladimir Spivakov porte un soutien matériel considerable à la fondation de Y.I. Yankelevitch.

Parmi d’autres événements qui avaient marqués sa vie, Karen nomme la classe de maître du professeur Iehudi Menuhin. Parler avec l’exécuteur légendaire, jouer pendant sa classe de maître – un bonheur exceptionnel pour un jeune musicien. Ici, comme toujours, Chakhgaldian a été de nouveau à la hauteur.

Il est impossible de ne rien dire sur Aleksandr Sloutski, conducteur de l’orchestre symphonique, qui était pendant plusieurs années à côté de Karen. Il a beaucoup influé sur lui en tant que musicien et a contribué dans la formation de la personnalité du musicien. Aleksandr Sloutski parle de son élève :

« Pour la première fois j’ai entendu Karen quand il était tellement jeune qu’il était impossible de faire des prognostiques. Toutefois, on pouvait tout de suite remarquer son don inné et un grand désir de perfectionner son jeu. Pas beaucoup d’années ont passées et maintenant j’écoute sa musique avec du plaisir. Un beau son, un fin gout, la maitrise de styles et une technique parfaite lui permette de surmonter les difficultés des plus difficiles œuvres de la musique mondiale. Karen ne prend mécaniquement aucun conseil de maître : il les fait passer à travers son cœur et sa tête, il reproduit son attitude envers l’œuvre qu’il exécute. Il est capable d’assimiler vite les œuvres nouveaux ce qui lui permet de vite renouveler son répertoire sans porter préjudice à la qualité d’exécution. Chaque leçon avec Karen me porte un vrai plaisir esthétique. »

Karen a suivi les classes de maître d’autres professeurs qui ont, bien sûr, influé à la perfection de son art : Grigori Jisline, Evgu¸nia Tchougaieva, continuateurs de l’école de Y.I. Yankelevitch.




Album de photos
1  2  3  4  5  6  7  8  9  10

Musique
Ecouter dans le format MP3

Ecrire la réponse

Karen | La Famille | Les Professeurs | Repertoire | Interventions | La Presse | Musique
117526 Moscou, l'avenue Vernadskogo, 95-1-80
Tel.: +7 (495) 724-98-52
E-mail: info@brevissimo-centre.ru
Made in Articul.Ru

Rambler's Top100 Rambler's Top100